gallery/media3_facebook
gallery/media3_twitter

littessence.fr

 le site privé de La collection des Nouveaux Ptits Romans
gallery/illustr poem mon roi ii
gallery/illustr poem mon roi

Le feuilleton à suivre

Il n'y a pas d'âge pour l'amour

 J'étais en feu, terriblement excitée, tellement que même si ma main avait été plus loin et fut souillée à force de lui sonder les profondeurs, je ne m'en serais pas formalisée.

Mais, je n'avais pas oublié cet élémentaire. Nettoyer mes intestins. A aucun moment, cela ne m'apparut comme une chose dégoûtante, ce liquide tout d'abord trouble qui sortait de moi et qui peu à peu s’éclaircissait... J'avais en sortant de la salle de nain, la sensation d'être neuve à l'intérieur comme à l'extérieur. C'était une véritable purification. Sans avoir jamais été pénétrée autrement en ce lieu que par la sonde de la poire à lavement, peu à peu j'éprouvais en l'appliquant une sensation plaisante. Tout à fait autre que lorsque Esther masturbait mon clitoris avec sa langue ou me pénétrait avec ses doigts.

Tout au long de mes recherches, à travers la littérature, des articles web, des vidéos ou des forums, les femmes trouvaient pour se donner du plaisir des objets les plus farfelus. Lorsque je faisais les courses avec ma mère, je parcourais les rayons fruits et légumes avec attention... Je souris encore aujourd'hui, me voyant devant les étales, jugeant celui-ci ou celui-là, tâtant la courgette, tantôt le concombre ou l'aubergine...

-oui »...

Je trouvais sens à cette recherche du plaisir, l'inventer, le partager une source immense de révélations sur soi. J'aimais Esther, pourtant je n'eus pas été offusquée de la savoir avec une ou un autre. Mes sentiments s'exprimaient dans la joie et le savoir qu'elle même pouvait être heureuse dans d'autres bras. J'éprouvais autant d'attirance pour les femmes que pour les hommes. Je faisais part de ma réflexion à Esther qui me répondit avec son naturel habituel.

- Bien sûr" me dit-elle, "les sentiments peuvent ajouter à l'intensité des plaisirs. Le manque, l'attente, les mots échangés à travers lettres mail ou sms ; sont des épices du désir. C'est tout un jeu de savoir l'entretenir et le langage du sexe a son dictionnaire. Les mots sont de véritables conducteurs , tu dois apprendre à en user. L'écriture suggestive et détournée poétiquement est appréciée , pour autant n'hésite pas à parler cru, durant l'acte. l’obscène et la prose ne sont pas ennemis. La métaphore est autorisée, si elle est comprise. On n'a pas toujours en face une intelligence à sa portée.

Quant à moi, Il m'est arrivé de forniquer avec un homme à peine rencontré, qui jurait comme un charretier et cela m'emporta tout autant. L'animal avait des mains calées, elles faisaient, en se joignant, plus que le tour de ma taille, une demie suffisait à prendre mon sein entier, - comme tu le sais, j'ai une poitrine très généreuse- une main tellement large qu'elle me déchirait le con lorsqu'elle y pénétrait, ses doigts forts et fort longs qui me foraient me mettaient hors de moi. La douleur, n'est en rien une nécessité, bien sûr, chacun voit à sa manière. Pour ma part, j'ai constaté qu'un subtile mélange des deux est souvent source d'une jouissance décuplée, je ne saurais dire parfois quel ou quel a suscité l'orgasme -mais nous en reparlerons- Il aimait que j'explore son cul de marbre tandis que je le branlais son vit énorme et très endurant, il m'enculait comme personne ! L'amour n'avait rien à voir la dedans ! Mais il avait soin de ne point penser qu'à lui, plein de respect pour mes désirs, mes volitions, attentif à mes emportements.

Certes, notre correspondance n'a pas enrichi mes tiroirs »

 

EPISODE VI